Si chacun dans sa conception à une vision du chef d’entreprise et donc sur son rôle et ses missions, certains dirigeants s’interrogent sur le point de savoir comment être un bon chef d’entreprise. Cette interrogation est particulièrement subjective puisque que tout le monde n’a pas la même interprétation du fait d’être un bon chef d’entreprise. Pour certains, cela correspond au fait de pouvoir tout gérer alors que pour d’autres il s’agira de savoir déléguer. Les uns vont voir un bon chef d’entreprise lorsque l’entreprise réalise des chiffres exponentiels alors que d’autres verront un bon dirigeant dans une entreprise avec des résultats satisfaisants mais dans laquelle les salariés sont particulièrement heureux. Il y a autant de différences de points de vue que d’exemples possibles. 

En revanche, une chose fait l’unanimité, c’est qu’un chef d’entreprise quel qu’il soit, doit endosser son rôle avec implication et mettre en œuvre les missions qui lui incombent car si les dirigeants d’entreprise ont des droits, ils ont comme tout le monde des obligations qu’ils doivent respecter et qui conditionnent la viabilité et la pérennité d’une entreprise. 

En effet, si un chef d’entreprise est avant tout un entrepreneur, il doit être à jour de ses obligations légales afin d’être “un bon dirigeant” au sens de la loi. 

Quel est le rôle du chef d’entreprise ? 

Connaitre le rôle d’un chef d’entreprise est essentiel pour espérer faire tourner une entreprise correctement. Chaque jour des centaines d’entreprises se créent mais il faut également préciser que de nombreuses entreprises ferment. Dans un certain nombre de cas, cela tient au fait qu’une personne s’est lancée dans l’aventure dans l’entrepreneuriat mais n’a pas mesuré l’étendue de ce que cela représente : rôle, tâches, missions.

Il n’est d’ailleurs pas rare que certains dirigeants reportent la faute sur autrui : le banquier ou le comptable qui n’a pas fait son travail mais beaucoup oublient par exemple qu’ils leur incombe de vérifier que le comptable a exécuté les tâches qui lui sont confiées. Le dirigeant doit s’assurer de la bonne exécution du travail du comptable pour être à jour par exemple de ses obligations fiscales et sociales. 

Dès lors, s’intéresser à la signification du rôle d’un chef d’entreprise permettra d’éviter de commettre certaines erreurs qui peuvent s’avérer fatales.

Le rôle du chef d’entreprise n’est absolument pas de savoir tout faire. Son rôle c’est de donner l’impulsion de sa vision de l’entreprise et de ses valeurs pour ensuite déléguer afin que d’autres personnes, les managers en l’occurrence s’occupent de diffuser cela afin de créer tous les paramètres permettant de faire rayonner une entreprise. Le chef d’entreprise doit donc être à l’initiative de la mise en place d’une culture d’entreprise qui sera relayée et mise en œuvre.  

Pour que ce soit possible, il faut que le chef soit clair et explicite dans ses attentes. Avec de bonnes explications, cela permet d’être compris par le plus grand nombre et donc que les décisions soient expliquées et appliquées. Il n’est pas rare que certains salariés ne comprennent pas des décisions et soient en désaccord. C’est là l’enjeu de communiquer avec ses effectifs ou de leur donner les interlocuteurs comme un responsable de ressources humaines afin de leur permettre de comprendre les situations. 

Cela implique donc dans son rôle qu’il soit capable de trouver les bons acteurs, de bien s’entourer pour trouver les bonnes solutions au bon moment. En effet, quel que soit l’âge ou les compétences d’un chef, il a toujours besoin d’être aiguillé et épaulé dans une prise de décisions. C’est tout l’intérêt de choisir une bonne équipe de direction, qualifiée et compétente, d’autant plus si l’on est une personne de terrain. Si un bon nombre d’entrepreneurs sont des personnes de terrain, c’est d’autant plus vrai dans certains secteurs comme le BTP.

Enfin, un chef d’entreprise doit prendre des décisions au moment le plus opportun. Il est facile de prendre des décisions, tout le monde en prend, mais de bonnes décisions qui conditionnent la réussite d’un projet ou d’une mission change tout. 

Quel est le rôle du chef d'entreprise ?

Quelles sont ses missions ?

S’il existe un nombre plus ou moins variables de missions selon les entreprises, c’est notamment du fait qu’il existe une large classification des entreprises. En ce sens, une entreprise qui comporte 10 salariés et qui réalise 500 000 euros de chiffre d’affaires n’impliquent pas les mêmes missions pour un chef qu’une société qui emploie 200 salariés et qui réalise plusieurs millions d’euros de chiffre d’affaires. Dans cet exemple-là la première société ne nécessite pas la mise en place d’un comité d’entreprise alors que dans la seconde, la mise en place d’un comité d’entreprise est obligatoire et fait donc partie des missions d’un dirigeant. 

On peut dire que dans la majorité des cas, un chef d’entreprise à 4 grandes missions qui lui sont propres du fait de sa place centrale et décisionnaire :

  • Mission 1 : gérer l’entreprise
  • Mission 2 : développer l’activité de la société
  • Mission 3 : s’assurer de la qualité de la production des biens et des services
  • Mission 4 : veiller à un bon management et s’occuper des ressources humaines

La première mission doit s’entendre largement. La gestion de l’entreprise nécessite d’organiser, de gérer et d’administrer l’entreprise afin qu’elle demeure viable et pérenne. 

La deuxième mission correspond à tout ce qui permet à la société d’évoluer. Prospecter et démarcher font partie intégrante du développement d’une activité. 

La troisième mission peut s’interpréter comme le contrôle de la prestation proposée. Cela englobe toute la partie après vente.

La quatrième et dernière mission n’est pas à négliger puisqu’elle constitue le poumon humain d’une entreprise. Pour assurer cette partie, il est primordiale de déléguer ces missions. En effet, se doter de managers compétents et impliqués va permettre de véhiculer la vision et les valeurs de l’entreprise au quotidien afin d’enraciner une culture d’entreprise toujours plus forte. Avoir des salariés heureux et épanouis, soudés et investis est le gage pour tout dirigeant d’une productivité et d’une rentabilité élevées. 

Ce ne sont pas des salariés démotivés, en retrait et qui ont perdu toute confiance en l’équipe dirigeante qui feront avancer l’entreprise. C’est d’autant plus important par exemple lorsqu’une entreprise se retrouve en difficultés au point de devoir se mettre sous la protection d’un tribunal de commerce via l’ouverture d’une procédure de redressement judiciaire. Pour redresser une entreprise, il faut bien souvent repenser le modèle économique et mettre en œuvre de nouvelles stratégies opérationnelles. Tout cela n’est pas possible sans le soutien et la cohésion des salariés. Ils sont en première ligne pour appliquer les décisions et faire en sorte que l’entreprise devienne pérenne.

Si au moment où un entreprise rencontre des difficultés ses salariés s’en vont, cela ne fera qu’empirer la situation de l’entreprise qui ne pourra plus assurer son activité du fait des départs de salariés. Ceci a évidemment un impact financier ; c’est particulièrement vrai lorsqu’il s’agit de collaborateurs avec beaucoup d’ancienneté. 

Par ailleurs, une bonne gestion des ressources humaines est fondamentale et là encore, la délégation à partir d’un certain niveau est indispensable. Un responsable des ressources humaines est un interlocuteur privilégié entre les salariés et l’équipe de direction. C’est à cette personne de faire remonter certaines difficultés. C’est également une personne clé dans la diffusion de la motivation et de la cohésion collective. 

Quelles sont ses missions ?

Comment devenir chef d’entreprise ?

Devenir un chef d’entreprise s’apprend quand bien même certains dirigeants seraient tentés de dire que c’est quelque chose d’innée. Avoir l’âme d’un entrepreneur est une chose, agir et se conduire comme un bon dirigeant aussi bien au niveau de son personnel qu’au regard de ses obligations légales en est une autre.

Pour devenir chef d’entreprise, en ce qui concerne la partie “obligations juridiques”, cela est très facile. En effet, il suffit de s’immatriculer au registre du commerce et des sociétés compétent par rapport au siège de votre entreprise. Quelques formalités plus tard et après quelques centaines d’euros dépensés, vous pouvez être chef d’entreprise quasiment du jour au lendemain. Certains secteurs d’activité nécessitent des formations obligatoires plus ou moins longues. Ces formations peuvent durer de 3 jours à 15 jours voire 1 mois. 

Si dans bien des cas il est possible d’ouvrir une société civile ou commerciale sans aucune formation, il paraît incontournable d’avoir des connaissances en gestion, administration, marketing et comptabilité. Le manque de connaissances a bien des égards est responsable d’un grand nombre de liquidations judiciaires et des sanctions qui peuvent intervenir ensuite. 

A titre d’exemple, beaucoup de dirigeants ignorent qu’ils ont l’obligation légale de déclarer leur cessation des paiements dans les 45 jours à côté du moment où ils n’ont pas pu faire face à leur passif exigible avec leur actif disponible auprès du greffe du tribunal de commerce compétent. Dépasser ce délai expose les dirigeants à de possibles sanctions de la même manière que le fait de ne pas tenir de comptabilité. Il n’est pas rare d’entendre des dirigeants dire à la barre d’un tribunal de commerce qu’ils n’ont pas de comptabilité dans la mesure où ils n’ont pas réalisé de chiffres d’affaires. Même si votre chiffre d’affaires est à 0, vous avez l’obligation légale de tenir une comptabilité. 

Au vu de tout ce qu’il faut savoir avant d’ouvrir une entreprise afin d’être informé au mieux pour la suite, il est vivement conseillé de suivre une formation auprès de la chambre de commerce et de l’industrie ou auprès de la chambre des métiers. Des informations qui peuvent parfois être cruciales lorsque la situation se gâte sont données. 

Si l’on passe cet aspect juridique où l’on comprend l’intérêt de se former à tous les niveaux, de façon plus pragmatique, pour devenir dirigeant d’une entreprise, il faut avoir certaines qualités essentielles au bon fonctionnement d’une entreprise qu’elle quelle soit. 

Tout d’abord, la priorité de toute personne qui aspire à devenir dirigeante d’une entreprise est de fixer sa vision sur son entreprise et les valeurs que l’on souhaite lui voir attachées. Cela peut paraitre superflu ou abstrait mais il n’en est rien. Cela va conditionner toute la suite de votre aventure entrepreneuriale. Savoir où l’on va, avec quels objectifs et de quelle manière les mettre en œuvre permettra de transmettre à l’équipe managériale ces informations qui se chargera de les diffuser auprès des collaborateurs.

Comment devenir chef d'entreprise ?

C’est ici que se forge la base d’une culture d’entreprise efficiente. 

Quand on se fixe des objectifs à réaliser ou bien des chiffres à atteindre, cela nécessite également de se fixer des délais. Un chef d’entreprise ne peut pas procrastiner. Il doit savoir gérer son temps et donc gérer ses priorités. Cela permettra une optimisation du temps et de la qualité du travail. Se fixer des délais permet en outre de réajuster le tire si nécessaire en cours de projet. 

Si vous vous fixez 3 mois pour atteindre tel objectif et que vous vous rendez compte au bout d’un mois qu’il n’y a aucun résultat, il n’est pas trop tard pour mettre en place une autre stratégie afin d’espérer changer le cours des choses dans les deux prochains mois.

Pour devenir un bon chef d’entreprise, vous devez valoriser vos collaborateurs. Ce point est très lié à la culture d’entreprise. Il faut donner un sens au travail des équipes afin qu’elles s’épanouissent. Un collaborateur qui ne s’épanouit pas dans une structure ne restera pas et n’apportera donc pas vraiment de plus-value à une entreprise. Il n’est pas rare d’entendre des salariés se plaindre du manque de reconnaissance à leur égard. 

Si l’on citer un exemple concret, de nombreux chefs d’entreprise n’ont souvent aucun lien direct avec leurs équipes qui sont gérées au quotidien sur le terrain par des managers. Lorsque la taille de la structure le permet, il est apprécié de voir un chef d’entreprise saluer ses collaborateurs et s’intéresser à leurs missions et contraintes. 

C’est là tout l’intérêt d’avoir un sens de l’écoute particulièrement développer. Donner des missions et des objectifs financiers à ses effectifs n’est pas un gage de réussite. Être à l’écoute de ses salariés permet d’ailleurs de réajuster certaines décisions qui sont difficiles à mettre en œuvre sur le terrain. 

Dès lors, il faut expliquer ses décisions à ses collaborateurs. Cela permet d’instaurer une transparence et une confiance entre les salariés et les dirigeants. De la même manière, faire preuve de loyauté est indispensable. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que les juridictions ont fait de l’obligation de loyauté une obligation jurisprudentielle. Cela signifie que cette obligation, qui n’est inscrite dans aucun article d’aucun code de lois a été généralisée en pratique par le biais des décisions qui font jurisprudence. 

Enfin, cela est primordial à partir d’une certaine taille, il faut savoir déléguer. Au début, les dirigeants novices ou perfectionnistes veulent souvent être au four et au moulin. En étant sur tous les fronts, ils ont l’impression de tout contrôler. En revanche, il parait illusoire d’espérer pouvoir gérer le démarchage, les chiffres, les salariés, les obligations légales administratives, sociales et financières, les clients, les conclusions de contrat, la production de biens et de services, l’image de marque, la publicité, etc… 

De plus, ne pas vouloir déléguer est bien souvent mal perçu par les collaborateurs qui ont l’impression qu’on ne leur fait pas confiance et que leur travail n’a pas de valeur. Déléguer vous permettra d’optimiser toujours plus votre temps de travail et de vous concentrer sur des priorités plutôt que de la gestion courante qui peut être assurée par exemple par des managers ou un service de ressources humaines. 

> >

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here